La Prostitution en Thaïlande

L'HISTOIRE DE LA PROSTITUTION EN THAÏLANDE

La réputation sulfureuse de la Thaïlande en matière de prostitution n'est plus à faire...

TF1 et les magazines racoleurs à la recherche d'audience s'en sont chargé depuis la fin des années quatre-vingt et régulièrement on nous ressert le même couplet judéo-chrétien sur le tourisme sexuel, la pédophilie et la honte de l'occident.

Cet article n'a pas pour objectif de déterminer si la Thailande est le plus gros lupanar d'Asie ou non, mais simplement essayer de mieux comprendre le phénomène.

Il faut savoir dans un premier temps que la prostitution en Thaïlande fut institutionnalisée dès la fin du XVIIème siècle par le pouvoir, en raison des revenus qu'elle procurait. L'industrie du sexe s'est développée lors de la guerre de Corée et du Vietnam. A l'époque, les militaires américains venaient à Pattaya pour leur période de repos. Dès lors, cette industrie n'a cessé de croître, une enquête a même révélé que la prostitution représentait 14% du PIB de la Thailande entre 1993 et 1995. Il est aussi bon de savoir que la demande de la population locale est bien supérieure à la demande extérieure.

Les thaïs dépensent beaucoup pour satisfaire leur désir sexuel, la plupart vont régulièrement au salon de massages et ne vont pas non plus au karaoké que pour chanter...

Les aventures dans les salons de massage n'ont rien de honteux, ainsi perdre sa virginité avec une prostituée constitue un rite initiatique pour un jeune et fréquenter les bordels, une forme de socialisation.

Les thaïlandais ont indiscutablement leur part de responsabilité dans cette diffusion de la prostitution sur leur sol. La sexualité en Thailande est quelque chose de divertissant, la société thaïe a toujours accepté le concubinage et la prostitution.

Le gouvernement ne fait rien de concret pour endiguer ce phénomène vu les revenus qu'il génère. En revanche un énorme progrès a été fait concernant la pédophilie. Sans qu'on puisse dire qu'elle soit éradiquée, elle ne se pratique plus comme dans les années 70-80. Grâce aux

pressions internationales et aux campagnes internes visant à revaloriser l'image de la Thailande, la police sévit et sanctionne. Nos curés et autres gugusses du vatican n'ont qu'à bien se tenir... Malheureusement, si les réseaux pédophiles s'essoufflent en Thaïlande, ils trouvent de nouvelles ramifications dans les pays voisins, actuellement moins regardant que les autorités thaïlandaises.


BALAYER DEVANT SA PORTE...

Aujourd'hui si vous annoncez à vos proches que vous partez en Thaïlande, la première chose qu'il vont systématiquement penser est "cet enfoiré va se taper des gosses... " Ils vous parleront alors des mystères de l'Asie, d'une géographie formidable pour éviter d'aborder le sujet. Il ne faut néanmoins pas se voiler la face, de nombreux occidentaux jeunes et moins jeunes ne voient du pays du sourire que leur chambre d'hôtel et les bars des alentours. On pourrait aussi évoquer une misère sexuelle dans nos contrées... .

Le commerce sexuel est certes développé en Thaïlande, mais il n'est pas présent de la même manière dans les hauts-lieux comme Patpong, Pattaya ou Patong que dans le reste du pays. Si vous évitez ces zones particulières durant votre séjour, vous ne remarquerez pas que le phénomène de prostitution est plus développé en Thaïlande que dans votre propre pays!

De grâce, évitons les clichés laborieux et néfastes! Et Surtout, ne pas faire de généralités sur ces filles et ces femmes qui viennent de tout le pays vendre leur corps.

LA REALITE DES BARS EN THAÏLANDE

Dans les Beer Bars : La majorité de ces filles travaillent "à leur compte". Elles doivent rester chaque soir jusqu'à la fermeture et ainsi faire consommer un maximum de personnes. Ces filles sont donc des employées du bar où elles travaillent. Si les boissons que vous consommez sont généralement bon marché, le verre que vous offrirez, appelé Lady's drink, sera légèrement surfacturé. La fille vous proposera un jeu ou l'autre, car généralement la discussion sera très limitée ...

La fille fixe son tarif pour sa relation avec le client, Cette somme leur reviendra à 100%. Il est à noter que la fille est absolument libre d'accepter ou non de partir avec son éventuel client, de même elle est libre de fixer son prix en fonction de ses envies.

Ainsi les prix peuvent varier grandement suivant les personnes et la conjoncture du moment.

Certaines disent Up To You! ce qui veut dire : "donne ce que tu veux" ... ce qui ne signifie nullement que c'est gratuit. A noter le "barfine" qu'il faut payer pour enlever une fille avant la fermeture: C'est une compensation que l'on paye au propriétaire du bar, pour le manque à gagner qu'il aura, avec la disparition momentanée de son « employée ».

D'un bar à l'autre la destination du bar fine, peut varier, dans certains bars, la totalité va dans la poche du patron, dans d'autres, une partie est reversée à la fille, et dans de nombreux bars ces sommes sont rassemblées en cagnotte, et redistribuées à part égale, entre les filles qui n'auront pas eu la chance de trouver "un boyfriend".


LES GOGOS BARS

Les « gogos bars » proposent des shows dans lesquels de magnifiques jeunes femmes dansent en bikini ou parfois entièrement nues.



​​Pour seul ticket d'entrée, une consommation obligatoire.

LES MASSAGES NON-TRADITIONNELS

Etablissements plus importants, les centres de body-massages proposent de la prostitution bien organisée. Ici, pas d'ambiguïté comme dans certains salons de massages, le client qui entre dans ces établissements sait tout de suite ce qu'il l'attend.

Le hall d'accueil est une grande salle ornée d'une vitrine contenant des jeunes femmes numérotées qui attendent qu'un client daigne à les choisir. Le touriste ayant choisi une fille, ils se rendent dans une chambre prévue à cet effet.

LES KARAOKES

Les karaokés (nocturnes) ont beaucoup de succès surtout auprès des thaïs, et si l'on n'en trouve pas beaucoup dans les centres des grandes villes touristiques, il y en a en périphéries et dans chaque coin de rues dans des zones rurales. Des hôtesses sont à disposition pour accompagner les clients, discuter et leur faire chanter le porte-monnaie.

HOMOSEXUALITE ET LADYBOYS

Beaucoup d'hommes et de jeunes hommes gays, ou hétéros se prostituent en Thailande. Comme pour les jeunes femmes, ils viennent généralement des zones rurales les plus pauvres du pays. Ce marché qui, jusqu'à maintenant, était exclusivement réservé à une clientèle gay, devient de plus en plus populaire auprès des femmes étrangères. Un autre phénomène particulier à la Thaïlande est lié à la transsexualité. Il est en effet surprenant de voir le nombre de "ladyboys" augmenter considérablement. Difficilement accepté par la société contrairement à la rumeur, leur destin n'est pas très réjouissant.

Mis à part quelques exceptions qui se frayent un chemin respectable dans la société thaïlandaise, une grande majorité d'entre eux se voient finir sur le trottoir pour se payer leurs hormones et prothèses. Certes ils sont tolérés mais le marché de l'emploi ne les accueillent que très modérément.

Vous voilà donc averti : Si un top model d'un mètre quatre-vingt à la voix de Dark Vador vous accoste, restez sur vos gardes.


DANGER

La prostitution est un milieu difficile, où argent, drogue, et violence sont mêlés. De nombreuses personnes, thaïes ou étrangères sont victimes chaque année de la criminalité liée à la prostitution. Par exemple, la Thailande serait pour les britanniques, le pays ayant le taux de mortalité le plus élevé pour ses ressortissants en vacances. Ainsi, quelques 224 britanniques sont morts durant leur séjour à cause de la prostitution entre avril 2005 et Mars 2006.

Le sida est malheureusement très répandu parmi les prostituées.

Selon une association, près de 3% de la population thaïlandaise souffre du VIH, soit environ 2 millions de personnes. Mal informées, les prostituées ayant contracté le virus reviennent dans leurs villages et contaminent leurs proches sans même le savoir. Gonococcies, blennorragies, hépatites, herpès, champignons divers, La Thaïlande est un véritable bouillon de culture étant donné le flux incessant de touristes qui débarquent de toute la planète pour se satisfaire sexuellement.

LE PRINCE CHARMANT

Pour vendre son corps, encore faut-il être belle et jeune ! Beaucoup de ces filles de joie changent de métier avant d'avoir 30 ans. La plupart cherche un farang (un étranger) pour partager leur vie ou même se marier, celui-ci pourrait leur offrir un confort financier, à elle ainsi que leur famille.

Bien sûr parfois, c'est une relation vouée à l'échec basée sur l'argent et le sexe. Mais encore une fois, essayons d'éviter les généralités abusives, les idylles entre étrangers et Thaïlandaises restent possibles et de nombreux couples ayant trouvé l'amour vivent aujourd'hui très heureux en France, ou en Thailande.

RESPECT

Les différents reportages sur la prostitution, qui ne font parfois qu'encourager ce phénomène, donnent une mauvaise image de la femme thaïlandaise. Même s'il n'est pas rare de voir une jeune femme thaïe aux bras d'un « farang » plus âgé, rappelons que la majorité des femmes sont des travailleuses très prudes et très sérieuses.

En Thaïlande comme dans quasiment tous les pays rizicoles et bouddhistes d'Asie, la femme a toujours eu sa place au travail. Contrairement aux idées reçues, les femmes thaïlandaises sont reconnues capables d'assurer leur indépendance financière et sociale, et parfois même de supporter toute une famille.

Au Cinéma

Si vous ne l'avez pas vu encore, je vous conseille de regarder un film paru il y a quelques années: Lady Bar, réalisé par Xavier Durringer et qui est un très bon film justement sur cette vie nocturne de Bangkok et environs.

Par le même réalisateur, Chok Dee, qui retrace la vie d'un jeune délinquant français qui fait son chemin dans le monde de la boxe thaï à Bangkok...