Securité Routière

322 morts sur les routes du nouvel an thaï !

Publié le 18 avril 2014 (Thailande.fr)

Comme chaque année, les congés du nouvel an thaï (Songkran) se sont soldés par une hécatombe routière :
322 personnes sont mortes et 3225 autres ont été blessées durant les sept jours de Songkran.

Le Département de la prévention et d’atténuation des catastrophes a enregistré un total de 2992 accidents de la circulation au cours des sept jours des vacances de Songkran, du 11 au 17 avril sur les routes et autoroutes de Thaïlande.

Seulement au cours du dernier jour, le 17 avril, 43 personnes sont mortes et 299 autres ont été blessées.

Aucun progrès par rapport à 2013

Le bilan de cette année est presque identique à celui de l’année dernière : en 2013, le nouvel an thaï s’était soldé par 323 décès et 3225 personnes blessées.

La conduite sous l’emprise de l’alcool est la principale cause de la plupart des accidents (36,8%) suivie par la vitesse excessive (24,47%). La moto est le véhicule qui a été impliqué dans la plupart des accidents ou (79%), suivi par  les pick-up (11,4%).

L’ insécurité routière, un problème majeur en Thaïlande

La sécurité routière est un problème majeur en Thaïlande depuis de nombreuses années. Malgré son grand nombre d’entrées touristiques, la Thaïlande semble incapable d’améliorer son bilan en matière de sécurité routière.

Plusieurs ambassades étrangères ont déjà conseillé à leurs citoyens d’éviter autant que possible les transports terrestres en Thaïlande.

Les statistiques confirment cette mauvaise réputation. Selon l’Organisation mondiale de la Santé,  la Thaïlande a enregistré un taux record pour les accidents mortels de la route en Asie du Sud-Est. Environ 38 personnes sur 100.000 meurent d’accidents de la route en Thaïlande chaque année par rapport à la moyenne mondiale de 18.

Les bus souvent mis en cause

Le 24 mars un accident de bus dans la province de Tak dans l’ouest de la Thaïlande a tué plus de 30 personnes. Le bus double-decker  transportait les employés municipaux lors d’un voyage sur le terrain.

Un mois plus tôt, 15 passagers d’un ‘autobus scolaires sont morts après que leur véhicule est entré en collision avec un camion semi remorque dans la province de Prachinburi. Plus de 40 personnes ont été grièvement blessées dans l’accident.

L’accident a eu lieu sur une route montagneuse qui est considéré par le ministère de la Voirie comme le plus dangereux tronçon d’autoroute de la Thaïlande.

Le 27 décembre 2013, au moins 29 touristes sont morts après que leur bus a plongé dans un ravin dans la province de Petchabun.

Immédiatement après l’accident de bus mortel du 24 mars le ministère des Transports terrestres a ordonné tous les chauffeurs d’autobus à impériale de passer un nouveau permis. Il a également annoncé que les bus provinciaux sont maintenant tenus d’installer des dispositifs de sécurité comme le système de freinage anti-blocage. Le ministère veut aussi limiter la hauteur des autobus à deux étages à quatre mètres.

Les motards particulièrement touchés

Les accidents d’autobus ont fait la une des médias ces derniers mois, mais statistiquement parlant, il est plus dangereux de rouler en moto en Thaïlande. Plus de 11 000 conducteurs de deux-roues ou de passagers meurent d’accidents de la route chaque année, ce qui représente 70 % des victimes de la route du pays.

Sécurité routière : la Thaïlande 3e pays le plus dangereux au monde


En fait la Thaïlande mérite plutôt la première place dans ce classement où les gagnant sont les perdants : seuls l’ Érythrée et la Libye font moins bien que le royaume, mais il s’agit de pays qui ne sont pas du tout dans la même catégorie que la Thaïlande en terme de développement.

D’ailleurs qui aurait l’idée de partir en vacances et de faire de la route en Érythrée ou en Libye ? C’est pourtant ce qu’acceptent de faire  les millions de touristes qui visitent la Thaïlande à chaque fois qu’ils prennent le bus ou montent dans un taxi.

La réalité commence d’ailleurs à se savoir, souvent à travers des récits et des photos publiés sur les média sociaux: plusieurs agences de voyages ont déjà menacé de retirer la Thaïlande de leur catalogue, si un véritable effort n’était pas entrepris pour améliorer la sécurité routière.

La Thaïlande championne mondiale de l’insécurité routière

A peu de chose près, la Thaïlande occupe la place peu enviable de championne du monde de l’insécurité routière, au troisième rang dans la liste des pays ayant les taux les plus élevés de décès dus à la circulation dans le monde avec 38 décès sur la route par 100 000 habitants  selon les dernières statistiques de l’OMS.

Les taux les plus élevés de tués sur la route se trouvent  cependant en Érythrée (48,4) et en Libye (40,5), des pays inexistants en terme de tourisme. En d’autres termes, le niveau de développement en matière de sécurité routière de la Thaïlande est proche de celui de l’Afrique subsaharienne, c’est à dire de la région la plus arriérée du monde.

Selon une enquête réalisée à partir des données recueillies par la police, 8% des automobilistes thaïlandais conduisent sans permis, et 36% utilisent leur téléphone portable en conduisant

Plus de 90% des décès sur les routes surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et, parmi ces pays, c’est dans la Région africaine et dans la Région de la Méditerranée orientale que les taux de mortalité sont les plus élevés. La Thaïlande représente une exception notable dans ce classement.

La Thaïlande affiche un taux de 38,1 décès sur la route par 100 000 habitants par an, et 118,8 décès sur la route pour 100 000 véhicules à moteur. Sont particulièrement concernés : les motocyclistes qui roulent sans casque.

Un facteur majeur d’accidents : la distraction au volant

Une enquête effectuée par Nielsen démontre que la distraction est une cause majeure des accidents survenus :  30% des automobilistes impliqués dans des accidents en Thaïlande ont été distraits en faisant autre chose.

De nombreuses distractions peuvent altérer la conduite mais l’essor récent, au niveau mondial, de l’utilisation du téléphone portable au volant pose de plus en plus de problèmes de sécurité. Le téléphone portable altère la conduite de plusieurs façons: il allonge le temps de réaction (notamment pour le freinage mais aussi pour la lecture de la signalisation routière) et amène le conducteur à ne pas rester dans sa voie de circulation ou encore à ne pas respecter la distance de sécurité.

L’envoi et la réception de SMS distraient aussi considérablement le conducteur, sachant que les jeunes sont particulièrement exposés à ce risque. Les conducteurs qui font usage de leur téléphone portable au volant courent quatre fois plus de risques que les autres d’être impliqués dans un accident. Les kits mains-libres n’offrent pas beaucoup plus de sécurité.
Ceinture de sécurité et dispositifs de sécurité pour enfant
Le port de la ceinture de sécurité réduit le risque de décès de 40% à 50% pour les passagers assis à l’avant et de 25% à 75% pour les passagers assis à l’arrière. On a constaté que, sous l’influence d’une législation le rendant obligatoire, le port de la ceinture de sécurité augmentait sensiblement. S’ils sont correctement installés et utilisés, les dispositifs de sécurité pour enfants réduisent de 70% environ les décès des nourrissons et de 54% à 80% les décès des jeunes enfants.
La moitié des tués sur les routes sont des «usagers vulnérables» (piétons, cyclistes et motocyclistes).
Seuls 28 pays, comptant 416 millions d’habitants au total (soit 7% de la population mondiale), disposent d’une législation adéquate concernant les cinq facteurs de risque d’accident de la route (la vitesse, la conduite en état d’ébriété, le non-port du casque ou de la ceinture de sécurité et la non-utilisation de dispositifs de sécurité pour enfants). Chaque année, près de 1,14 million de personnes décèdent dans un accident de la route et 20 à 50 millions d’autres sont blessées, parfois même handicapées.

Les accidents de la route entraînent des pertes économiques considérables pour ceux qui en sont victimes, leur famille et les pays dans leur ensemble. En effet, ils nécessitent des traitements coûteux (y compris pour la réadaptation) et des enquêtes, et entraînent une perte de productivité (et de revenu) pour la victime et les membres sa famille qui doivent interrompre leur travail (ou s’absenter de l’école) pour la prendre en charge.

Qui est exposé?

Plus des trois quarts (77%) des tués sur les routes sont des hommes. Chez les jeunes conducteurs, les jeunes hommes de moins de 25 ans encourent près de 3 fois plus de risques d’être tués dans un accident de voiture que les jeunes femmes.  Il existe un lien direct entre l’augmentation de la vitesse moyenne et la probabilité et la gravité d’un accident. En outre: les chances de survie d’un piéton heurté par une voiture sont plus grandes si celle-ci roule à 30 km/h ou à une vitesse inférieure; l’aménagement de zones où la vitesse est limitée à 30 km/h réduit le risque d’accident et est recommandé là où il y a beaucoup d’usagers vulnérables (p. ex. zones résidentielles, abords d’écoles);

Les lois qui interdisent la conduite à partir d’un taux d’alcoolémie de 0,05 g/dl, voire inférieur, permettent de faire baisser le nombre d’accidents liés à la prise d’alcool. Les contrôles aléatoires d’alcoolémie sur la route, qui peuvent faire baisser d’environ 20% le nombre d’accidents liés à l’alcool, se sont avérés très rentables.

Articles regroupés de Thailande.fr

Songkran !


Cette année Songkran s’étend sur cinq jours au total du 12 au 16 avril : le gouvernement a annoncé récemment que le mardi 16 avril serait aussi un jour férié pour faciliter et  étaler les transports dans le pays.

Ce qui était au départ une fête religieuse destinée à honorer les anciens (plus de 60 ans) et les moines est devenu au fil des années une sorte de gigantesque défoulement. A l’époque du nouvel an thaïlandais (Songkran), le royaume se transforme en un vaste champ de bataille aquatique. Les munitions sont abondantes et bon marché, car uniquement à base d’eau. Dans tout le royaume, le long des routes et des rues, on peut voir des enfants en embuscade, prêts à arroser les passants, les motos et les voitures qui osent s’aventurer à découvert.

Mortel Songkran : les accidents de la route en cause

Songkran est donc la fête de l’eau mais pas seulement: malheureusement, il n’y a pas que des glaçons dans les verres des thaïlandais pendant la période de Songkran, et la consommation d’alcool atteint elle aussi des sommets. Il y a par conséquent un seul endroit à éviter si possible pendant les vacances de Songkran : la route.

La nouvel an Thaï est, avec la période autour du réveillon traditionnel du 31 décembre, la période la plus dangereuse pour prendre le volant. Cette année il a été question un temps d’interdire la vente d’alcool pendant les vacances de Songkran, mais devant le coté irréaliste de la chose, la proposition de loi a été promptement remisée dans l’oubli.

La police a cependant annoncé des contrôles renforcés sur les routes pour éviter la désormais habituelle hécatombe routière. L’année dernière le bilan de Songkran était de 282 morts,  survenus dans 2.876 accidents de la route, et de 3.059 blessés,  pour  les cinq jours ds congés du nouvel an Thaï.

Un nouvel an bouddhique basé sur le calendrier lunaire

Issu de la langue Sanskrit  le mot Songkran signifie passer ou changer. Dans le contexte de la Thaïlande, le mot implique le passage et le mouvement du soleil, de la lune et des autres planètes dans l’une des orbites du zodiaque.En Thaïlande, la fête de Songkran (สงกรานต์) marque le nouvel an bouddhique basé sur le calendrier lunaire. Originellement mobiles, les réjouissances attachées à cette fête sont désormais fixes et ont lieu tous les ans du 13 au 15 avril, mais suivant les villes, les dates peuvent varier. Cependant, la date exacte du nouvel an est toujours tributaire du cycle lunaire.D’ordinaire des camionnettes à plateau (pickup) patrouillent, chargées de barils géants pour les déverser sur les passants. Mais cette année le ministère de l’Intérieur a annoncé l’interdiction de la pratique qui consiste à transporter des gros conteneurs d’eau sur les pickup pour arroser les piétons, les motos et les voitures.L’interdiction a été annoncée  à l’issue d’une réunion ministère de l’Intérieur pour discuter de la réduction des accidents de la route et de victimes pendant les vacances de Songkran qui se déroulent cette année en Thaïlande du 12 au 16 avril. Des contrôles renforcés seront également mis en œuvre sur les routes.

http://www.thailande-fr.com/actu/24109-songkran-mode-demploi?relatedposts_exclude=29867

Avril 2014