Isan... y vivre... est-ce possible ?

Un article de Jeff de Pangkhan, l'homme des rizières !
vivre en isan

Êtes-vous fait pour vivre en Isan ?

La Thaïlande est devenue au fil des années une destination touristique de premier plan, mais que deviennent ceux qui ont décidé de s'y installer durablement ?

Du monde entier, on accourt pour profiter des plages paradisiaques du Sud du pays, arpenter les chemins de trek des forêts du Nord, ou séjourner dans les stations balnéaires de renommée internationale que sont Pattaya, Phuket, Samui voire Hua Hin.

Européens, Australiens, Américains, Japonais et dernièrement les Chinois se bousculent dans les deux aéroports de la capitale, Bangkok.

Mais qu’en est-il de ceux qui décident de venir s’installer « au Pays du Sourire », pour reprendre le slogan phare définissant le Royaume et si souvent mis en avant par les autorités thaïlandaises ?

Des retraités de plus en plus nombreux

jeff de pangkhan
Ils sont de plus en plus nombreux.

​Les nouveaux retraités revenant sur les lieux de leurs vacances passées constitue la majorité d’entre eux.

Les expatriés venant travailler pour de grandes entreprises se cantonnent souvent à Bangkok, centre d’affaires et poumon économique du pays. D’autres, de tous âges, tentent d’entreprendre avec plus ou moins de succès.

En Isan, la grande région du Nord-Est du pays, il était plutôt rare de croiser des Farangs ; jusqu’alors, ce n’était que des routards traversant ces régions agricoles afin de rejoindre le Laos ou le Cambodge, voire quelques étrangers isolés.

Mais, depuis ces dernières années, le nombre d’étrangers explose, surtout dans les grandes villes de la grande région du Nord-Est : Udon Thani, Ubon Ratchathani, Khon Kaen, Khorat, sans citer les petites villes de province plus modestes ni les chefs-lieux de district.

Ce fut tout d’abord, encore une fois, les retraités suivant la plupart du temps leur femme thaïlandaise et qui, au fur et à mesure, se sont installés ici.

Puis, avec la chute de l’euro de ces derniers mois, leur nombre s’est accru. De nombreux étrangers ont quitté les stations balnéaires où la vie est désormais beaucoup plus onéreuse !

Y a-t-il des étrangers qui montent leur business en Isan ?

​Quelques-uns, mais toujours dans les grandes villes et pour toujours être dans l’originalité, restaurants et bars sont ce qu’ils pensent être dans leurs compétences, mais après de nombreuses années à passer devant ces repaires de Farangs, c’est plutôt la valse des propriétaires ou après quelques mois d’exploitation les clefs se retrouvent souvent sous la porte.

Et dans les petits villages isolés, qu’en est-il ?

jeff de pangkhan
Il n’est pas facile de s’installer dans un baan en Isan ! Il faut dans un premier temps le vouloir, le désirer. Avec femme, sachez qu’elle sera dans son milieu et aura alors des activités qui vous passeront souvent au-dessus de la tête.

Elle sera parmi ses amis d’enfance, sa famille et vous ne serez plus la pupille de ses yeux et cela pourra vous dérouter, même si vous êtes en couple depuis des années, le naturel reviendra au galop !

De plus, du fait de son statut de « femme de », elle sera sollicitée pour des parties de cartes effrénées, des demandes de prêts d’argent et souvent, pour ne pas vous alerter, elle ne vous dira rien et vous serez très souvent devant le fait accompli d’une situation que vous aurez pensé ne pouvoir arriver qu’aux autres !
  • « J’en ai vu passer des Farangs et j’en ai vu repartir (presque tous), soit vers Pattaya ou Bangkok, voire dans leur pays d’origine, seuls ou avec femme. »

La question est :« Est-il possible de rester durablement dans un village en Isan ? »

  • Je répondrai : « Oui, bien sûr, mais… »

Après avoir rencontré les gens du village, jaugé vos voisins, accepté que la famille élargie passe régulièrement chez vous, il faut que vous ayez votre indépendance de mouvement. Les transports publics sont très rares dans les coins reculés. Un service de bus le matin et encore !

Trouvez-vous des occupations, comme découvrir la nature, la parcourir, la sentir, la vivre ! Elle est si belle !

Elle invite à la méditation, à divaguer, à vous propulser des idées pour écrire un bouquin, pourquoi pas ? Observez-la, imprégnez vous d’elle, elle vous inspirera…

Aller à la pêche et apprendre à parler le thaï!

Allez à la pêche, une activité prisée dans ces régions. Participez aux activités de la communauté, les fêtes, célébrations, mariages, funérailles et tutti quanti, un bon moyen de s’intégrer.

Si vous avez des enfants, adoptifs ou non, emmenez-les à l’école, montrez que vous êtes présent ; coachez-les s’ils jouent au foot, cela vous prendra peut-être du temps, mais du bon ! Les gamins seront votre sésame !

N’oubliez pas d’apprendre la langue locale, le lao-thaï, c’est primordial pour échanger avec les autochtones et vous ne vous sentirez pas isolés et ne serez pas obligés de courir après votre femme pour qu’à chaque fois elle soit obligée de traduire (ce qu’elle voudra bien traduire d’ailleurs) au cours des conversations journalières.

La modernité des moyens de communication désormais accessibles dans les villages vous permettra de surfer sur internet et de vous faire une vidéothèque pour les jours sans, de devenir blogueur, pourquoi pas ?

Si vous avez été un citadin endurci tout au long de votre vie, venez faire un tour au baan de temps en temps et vivez dans une ville proche de celui-ci (votre Dame en sera heureuse) sinon, votre statut de Farang-Isan sera de courte durée… La vie au baan doit être née d’une volonté, non d’une obligation !

Un roman en plein pays Isan !

un os dans le riz
​Jeff de Pangkhan, est l'auteur de « Un os dans le riz »,

En savoir plus...


19/07/2015